Contre la loi travail #2

Le projet d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, c’est :

Créer un droit du travail différent dans chaque entreprise : les salaires,
les conditions de travail ou les protections en cas de licenciement seront
négociés dans l’entreprise et pourront être moins favorables que la loi !
Supprimer les aides aux personnes licenciées : aujourd’hui, un plan de
sauvegarde de l’emploi (reclassement, formations, primes de départ) est
obligatoire après le licenciement de 10 personnes. Ce seuil va être relevé :
des milliers de salariés licenciés seront sans aide.
Donner plus de pouvoir aux employeurs en leur permettant de convoquer
des référendums d’entreprise pour déroger au droit.
Casser le CDI avec la création du CDD de chantier que l’employeur peut
rompre à tout moment sans verser d’indemnité. En plus, le travail de nuit
facilité et le renouvellement illimité du CDD sont envisagés.
Désarmer les salariés avec la fusion du comité d’entreprise, du comité
hygiène sécurité et conditions de travail et des délégués du personnel en
une instance, avec moins de droits et discutant par internet avec l’employeur.
Établir des barèmes aux prud’hommes : les employeurs hors-la-loi mettront
de côté la somme nécessaire pour licencier illégalement syndicalistes,
femmes enceintes, salariés âgés…

Le code du travail n’est pas le problème

Depuis 30 ans, c’est toujours la même rengaine : il faudrait détruire le code
du travail pour créer de l’emploi. Pourtant, partout où ces politiques ont été
menées, des millions de salariés sont passés sous le seuil de pauvreté et
aucun emploi n’a été créé.
La France insoumise s’oppose à cette nouvelle régression injuste et
inefficace : ainsi, à l’Assemblée nationale, nos député.e.s ont déposé 132
amendements au projet de loi sur les ordonnances. C’est plus que tous les
autres groupes réunis !

les propositions de la france insoumise
  • Création de 3 millions d’emplois par la relance de l’activité, la transition écologique, le protectionnisme solidaire
  • Abrogation de la loi El Khomri
  • Interdiction des licenciements boursiers et droit de veto aux représentants des salariés sur les décisions stratégiques
  • Hausse du SMIC et application des 35h réeles
  • Droit pour les salariés de reprendre leur entreprise en coopérative si l’actionnaire veut la fermer ou délocaliser
  • Maximum de 10% de CDD par entreprise (5% dans les grandes entreprises)
  • Renforcement de l’inspection du travail
  • Lutter contre l’ubérisation en faisant respecter les obligations sociales et fiscales
j’agis

Contre la loi travail numéro 2