Transition énergétique : quand les citoyens s’en mêlent

Sans attendre l’intervention d’appareils politiques trop lourds et trop lents, citoyens, élus locaux, associations s’approprient les techniques et se mobilisent pour réaliser une transition énergétique locale.

Si l’on voit depuis plusieurs années des panneaux photovoltaïques apparaître sur les toits des particuliers, ou des éoliennes dans les jardins, ccvg, pays mornantais, pays de l'arbresleil est la plupart du temps admis que la production voire la consommation d’électricité de ces systèmes est individuelle. Ce que l’on sait moins, c’est que partout en France s’organisent aujourd’hui des collectifs de citoyens, de collectivités, d’acteurs locaux qui ne veulent plus attendre des décisions lointaines ou spéculatives pour s’engager sur la voie des énergies renouvelables et leur corollaire : la sobriété énergétique et la captation des énergies propres et illimitées des éléments naturels, soleil, marées, vent… Ce sont alors des projets communs qui, outre un réel engagement écologique, fabriquent du lien social, une conscience de l’intérêt général, une responsabilisation de chacun puisque la gouvernance de ces projets est collective.

Partout en France, tous les moyens sont bons pour s’engager dans les énergies vertes.

En France, nous pouvons recenser aujourd’hui plus de quarante projets opérationnels ou en cours de réalisation ; centrales solaires villageoises, production de méthane agricole, éoliennes, barrages, le maillage territorial se resserre à mesure que les projets naissent. Soutenus par de nombreuses structures d’aide à la réalisation telles que Énergie partagée, on peut espérer qu’à terme il sera possible de ne plus considérer ces actions comme des productions d’énergie alternative, mais comme des acteurs incontournables dans la production d’électricité.

Le syndicat de l’Ouest Lyonnais rassemble quatre Communautés de communes pour créer un Territoire à Energie Positive (TEPOS)

Et l’Ouest lyonnais n’est pas en reste dans la planification énergétique. En octobre 2016, le Syndicat de l’Ouest Lyonnais (SOL) a été lauréat de l’appel à projet « Territoire à énergie positive pour la croissance verte », et cette distinction s’accompagne d’une subvention de deux millions d’euros destinés à financer des projets de transition énergétique : rénovation énergétique de bâtiments, aménagements de pistes cyclables, bornes de recharge de véhicules électriques… Le SOL regroupe les communautés de communes Pays de l’Arbresle, la Vallée du Garon, les Vallons du lyonnais, le Pays mornantais. Ceux-ci sont déjà très engagés dans des projets de production d’électricité verte, notamment avec la mise en œuvre de centrales solaires villageoises au Pays mornantais et dans la communauté de commune des Vallons du lyonnais, et dont les travaux avancent à grands pas. Ils sont en effet en passe d’obtenir le nombre de toits nécessaires pour passer à la phase suivante, à savoir la création d’une société d’exploitation.

Une urgence : ENEDIS (ex-ERDF) baisse son prix de rachat chaque trimestre

Cependant, chaque trimestre, les pouvoirs publics rediscutent à la baisse les tarifs de rachat de l’électricité. Pour garantir la rentabilité et la pérennité des futures sociétés, il est nécessaire de conclure les contrats avec ENEDIS au plus vite, et la recherche de toitures sur ces deux communautés de communes est une priorité dans le déroulement du projet.

Des réalisations dans le sillon de la planification énergétique du programme de la France insoumise

Les centrales solaires villageoises, tout comme les sites de méthanisation agricole, les barrages, les parcs éoliens et hydroliens sont des alternatives aujourd’hui solides. Ils s’inscrivent pleinement dans la planification écologique proposée comme l’un des points centraux du programme présidentiel L’avenir en commun de La France Insoumise et porté par Jean-Luc Mélenchon; un programme qui propose que, d’ici à 2050, nous soyons séparés des énergies carbonées et sortis du nucléaire en produisant 100% de nos besoins en électricité avec des énergies renouvelables. Les points de la transition énergétique développés par ce programme sont :

  • constitutionnaliser la règle verte : ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer ni produire plus que ce qu’elle peut supporter
  • adopter une loi cadre instaurant une planification écologique et démocratique articulant le niveau national et local
  • développer l’ensemble des énergies renouvelables
  • sortir des énergies carbonées et du nucléaire
  • créer un pôle public de l’énergie pour mener une politique cohérente en re-nationalisant EDF et Engie (ex GDF- Suez) en lien avec des coopératives locales de production et de consommation d’énergies renouvelables et en favorisant l’auto-production et le partage des excédents
aller plus loin

Les centrales villageoises : le site
L’énergie partagée : le site
Syndicat de l’ouest lyonnais : le site