les HCL ou la préséance du comptable sur le patient

Pour rétablir l’équilibre financier, les Hospices Civils de Lyon réorganisent, purgent, évacuent…

L’hôpital Henry Gabrielle, emblématique de la gestion comptable des établissements publics

Depuis plusieurs mois les personnels de l’hôpital Henry Gabrielle à St Genis Laval est sur le qui-vive : un vaste projet de restructuration est en cours, qui fermera, à terme, l’établissement dans lequel ils travaillent.

Un hôpital plébiscité par les patients et reconnu par la Haute Autorité de Santé

Henry Gabrielle est un hôpital spécialisé dans la rééducation, la réadaptation fonctionnelle, la traumatologie et la neurologie pour les maladies neurodégénératives, spécialité qu’il développe à travers la prise en charge innovante, selon les HCL, de la maladie de Parkinson. Il accueille aujourd’hui 175 lits d’hospitalisation complète et neuf places de jour. Les personnels représentent 309 paramédicaux et 26 médecins.

Outre la grande qualité de ses services et de ses personnels spécialisés, il est doté d’un grand parc utilisé par les patients et leur famille pour se promener, prendre l’air, aider à faire face à l’immense difficulté que représente le handicap. C’est un lieu de ressourcement nécessaire pour que les usagers tiennent le coup.

Comme pour tous les établissements de santé en France, la Haute Autorité de Santé a évalué Henry Gabrielle sur sa politique, l’organisation, le fonctionnement général, les pratiques de soins ou encore le respect des droits des patients. Il se distingue avec la note A, avec le centre hospitalier Lyon-Sud et l’hôpital gériatrique Antoine Charial.

Alors pourquoi cette fermeture ?

Selon les tenants du projet, la réhabilitation du Centre Henry Gabrielle coûterait 45 millions d’euros, ce qui est inenvisageable. De plus il est mal desservi par les transports en commun.

En deux lignes, tout est dit. Ou plutôt en une ligne.

Car en ce qui concerne les transports en commun, il faut savoir qu’il n’existe que deux de ces hôpitaux spécialisés en France, et que par conséquent, les familles des personnes hospitalisées viennent souvent de loin. Elles utilisent donc la voiture, ainsi l’argument ne tient plus car les autoroutes A7-A45 passent à proximité. En ce qui concerne les familles de la métropole lyonnaise, avec la prolongation du métro jusqu’à l’hôpital Lyon-Sud, l’accès à Henry Gabrielle ne sera pas plus compliqué que celui à l’hôpital d’instruction des armées (HIA) Desgenettes, lieu du transfert prochain.

En revanche, pour les personnels habitant pour la plupart dans les environs de leur lieu de travail, les transports deviendront plus problématiques en raison de leurs horaires hors des heures pleines des transports en commun.

Osons donc parler de restructuration économique.

Un jeu de chaises musicales rentable

Le transfert des services de l’hôpital Henry Gabrielle à l’HIA Desgenettes répond à une réorganisation structurelle des hôpitaux lyonnais afin de mutualiser le personnel, la logistique, le système d’information, la pharmacie, la restauration, ce qui est économiquement rentable. A court terme, on ne parle pas d’économies de lits.

Il s’agit donc de transférer les activités chirurgicales de l’HIA Desgenettes sur le site de l’hôpital Edouard Herriot et intégrer six spécialités médico-chirurgicales déjà présentes pour créer des équipes en chirurgie digestive, orthopédie, ORL, ophtalmologie, hépato-gastroentérologie, odontologie; ainsi que l’anesthésie-réanimation.

L’HIA garderait un maintien des urgences médicales sur son site ainsi que les activités de l’hôpital de rééducation Henry Gabrielle.

Ces restructurations permettraient la constitution d’équipes civilo-militaires en évitant les juxtapositions, sans fusionner les équipes mais en les mixant. Bien sûr ce projet contient une diminution de postes tant civils que militaire puisque les effectifs militaires de l’HIA vont baisser de 30% et les effectifs civils de 24%.

Mais ce transfert de l’hôpital Henry Gabrielle vers l’HIA est aussi une opération financière car, évalué à 30 millions d’euros, il sera en partie couvert par la revente du site actuel et de son magnifique parc.

Un programme présidentiel qui irait à l’encontre de cette restructuration

Cependant le système de soins français que beaucoup de pays nous envient doit demeurer un service public en dehors de toute gestion comptable, et privilégier la qualité des soins, la relation aux patients et l’humain d’abord.

Dans son programme présidentiel « L’avenir en commun« , porté par Jean-Luc Mélenchon, la France Insoumise est très ferme sur ce point. Son but est de faire de la santé publique une exigence de premier ordre, accessible à tous.

En ce qui concerne le service public hospitalier, son exigence est de :

  • privilégier l’accueil et le bien-être des patients,
  • favoriser la qualité des soins,
  • donner aux personnels de santé la possibilité d’exercer leur travail et leur dévouement au service des malades sans être inquiétés par la compression de personnels et le manque de temps.
henry-gabrielle-saint-genis-laval2

Hôpital Henry Gabrielle – Saint Genis Laval, métropole de Lyon

Une réponse à “les HCL ou la préséance du comptable sur le patient

Les commentaires sont fermés.