Le responsable du MJS 69 rejoint la France Insoumise

Vincent Exiga, responsable du Mouvement des Jeunes Socialistes du Rhône rejoint la France Insoumise.

Découvrez ci-dessous sa lettre de démission. Bienvenue à lui et à tous ceux et celles qui l’ont précédé ou l’imiteront.

Lettre de démission

Vincent Exiga,
Animateur fédéral des Jeunes Socialistes du Rhône

Camarades,

Comme vous le savez, nous vivons un moment politique unique. Ces dernières années ont été décisives pour notre famille politique, un tournant ancien a enfin été assumé. Ce parti a changé d’identité, de projet. Dans ses ambitions, dans ses discours, il ne perd plus de temps à cacher cette nouvelle ligne, libérale, cet autre idéal. Ces dernières années tant de divorces ont été consommés, et aujourd’hui cette action au gouvernement n’est qu’une déception, car aucun dirigeant socialiste n’a vraiment apporté ce changement, ne s’est battu contre l’ennemi que nous nous étions accordé de cibler en 2012.
Quelques avancées ont été portées, mais militons-nous vraiment pour ces réformes à la marge ? Le quotidien de nos concitoyens appelle à des changements radicaux, les miettes ne peuvent suffire à réconforter notre société.
Il y a encore quelques années, nous pouvions soutenir ce parti, attirés par son discours d’opposition, mais la réalité du pouvoir doit nous forcer à un examen de conscience avant les prochaines batailles à mener. Désormais notre responsabilité est engagée.
Comment justifier toutes ces trahisons à nos valeurs que l’on pensait fondamentales ? Que dire face à la loi Macron, à la loi sur le renseignement, face à cette fameuse loi travail, à la déchéance de nationalité ? La liste est trop longue, malheureusement… Essayez vous même, combien de fois ce mandat vous a-t-il rendu fier ? Combien de fois vous a-t-il rendu honteux de partager votre nom, votre parti avec ces gens ?
Car quoiqu’on en dise, derrière nos déclarations d’autonomie se cache une dépendance au Parti Socialiste. A chacune de nos « sorties », de nos prises de positions un tant soit peu éloignées de la ligne, lorsque nous sommes descendus avec toute la gauche dans la rue afin de ne réclamer que l’essentiel, le respect des engagements, à chacun de ces moments, nous avons subi cette pression. Nos campagnes, nos fédérations, nos permanents, nos bureaux, notre mouvement dans son entier est financé par le Parti Socialiste. Après ce mandat, nous ne pouvons plus assumer cette dépendance. Et venant du Rhône, tenu par Gérard Collomb, représentant de cette aile qui se met en marche, seule, et au mépris de nos valeurs, je pense qu’un militant honnête ne peut plus tolérer cette cohabitation.
Et aux camarades que je vois, encore plein d’espoir se lancer dans les primaires de la Belle Alliance Populaire, n’oubliez pas que vous en acceptez les règles, vous devrez porter la parole du vainqueur, quel qu’il soit. Le MJS fera campagne sous l’égide du Parti Socialiste, et le seul potentiel soutien à François Hollande ne peut plus être toléré. Sachons accepter que les potentiels vainqueurs ne peuvent pas être nos candidats.
Soyons conscients de nos forces car « ce n’est pas l’or, mais les bons soldats qui sont le nerf de la guerre » comme l’écrivait Machiavel. Arrêtons donc de nous battre pour eux. Leur projet n’a plus de socialiste que le nom. Ils ont besoin de nous, l’inverse n’est pas vrai. Nous sommes jeunes, sortons de ce chemin qui ne peut mener que vers une politique du moins pire.
Nous assistons à une crise, en ce sens propre à Gramsci, « lorsque l’ancien se meurt mais le nouveau tarde à apparaître, et dans le clair obscur surgissent les monstres ». Aujourd’hui, quittons ce parti mourant, il nous faut partir et participer fièrement à cette ébullition qui existe ailleurs.
Allons rejoindre d’autres camarades, qui ne méprisent pas nos idées mais les partagent, et ne restons fidèles qu’à notre combat. Nous n’avons pas changé, et la cohérence nous ordonne de partir aujourd’hui.
Je vous annonce ainsi ma volonté de rejoindre les Jeunes Insoumis, le groupe soutenant la candidature de Jean-Luc Mélenchon Car voilà l’alternative, la gauche qui s’assume et qui ose proposer autre chose qu’une nuance de curseur ; un projet qui porte si haut l’éco-socialisme, mettant en avant le militantisme de terrain et l’éducation populaire, regroupant des jeunes militants de tous les milieux autour d’un projet de gauche radicale. Rassemblons-nous. Face aux défis qui nous attendent, aux prochaines élections qui se profilent, il nous faudra faire plus que taper sur une droite qui s’extrémise ou sur une extrême droite qui se normalise. Il nous faut proposer un projet, cohérent, radical.
Camarades enfin, je ne pars pas fâché. J’ai eu l’occasion de faire de belles rencontres et nous avons partagé de beaux moments. Je garde un très bon souvenir de mon engagement à vos côtés. Tout d’abord de mes camardes du Rhône avec qui j’ai milité, débattu chaque semaine. Je vous souhaite bon courage pour la suite. Puis à tous ces camarades de la France entière, un grand merci pour tout ce que vous m’avez appris, j’espère que nos routes se recroiseront. Si j’ai écris cette lettre c’est en premier lieu pour m’adresser à vous, car je sais que vous êtes de fervents militants de gauche. J’aurais préféré ne pas vous quitter, que l’on parte tous ensemble, mais je ne peux pas rester plus longtemps.

Je vous laisse sur ces mots de Chapelan :

« Il y a des abandons loyaux et des fidélités qui trahissent. »

Vincent

Aller plus loin

Vincent Exiga sur facebook